Bienvenu sur "Carnet de vie...", un site concernant ma petite personne.
Vous y trouverez quelques textes personnels, des réflexions ou des moments de vie que j'ai envie de faire partager. En d'autres termes, seul les petits curieux et ceux qui me connaissent (ou qui veulent me connaître) pourront y trouver un quelconque intérêts.
Dans tous les cas, je vous souhaite une bonne lecture.
Rubriques
Accueil.
A mon sujet
Me contacter
A lire

Les années passent... et ça me fout un peu les boules.

 

Les années passent... et ça me fout un peu les boules.

Bon sang que le temps passe! Je viens de fêter ma quarantième année il y a quelques jours, et j'ai toujours l'impression que le temps me file entre les doigts sans jamais en avoir un semblant de maîtrise. C'en était frustrant avant, mais maintenant que je suis a la moitié de ma vie, cela en devient limite rageant. D'ailleurs, je dois bien avoué que depuis quelques jours avant cet anniversaire fatidique, et les jours qui ont suivi jusqu'à maintenant, j'ai tendance a évacuer cette frustration dans mon quotidien. Je m'impatiente pour un rien, je m'énerve facilement sans véritables raisons et je me retient d'engueuler le premier venu a chaque fois qu'un contretemps survient(ce qui est fréquent dans mon boulot). Comme dans la chanson de Christophe Maé, j'ai comme une envie de tout foutre en l'air, ce qui, en passant, serait une réation totalement stupide de ma part.
Bref, j'ai un peu perdu de ma sérénité depuis quelques temps.

Pourtant, je ne suis pas du genre défaitiste, et ma situation actuelle ne me permet pas de plaindre. Je fais le boulot que je voulais faire (et il m'a fallut du temps avant de trouver ma voie professionnelle), j'ai un salaire modeste mais suffisant pour vivre correctement et même m'offrir des petits plaisirs de temps a autres (ce qui, vus la conjoncture actuelle en France, est presque un luxe) et même si je suis encore célibataire à mon age, on ne peux pas dire que je le regrète vraiment vu comment ca se passe pour mes collègues de boulot, qui préfèrent s'éternisé au boulot plutôt que de rentrer chez eux, sans parler de ceux que j'ai connu marié et qui sont a présent divorcé!

Alors certes, l'amour d'une femme me manque un peu. D'autant que j'en ai vécu un il y a quelques temps déja et que j'ai parfois du mal à la sortir complètement de ma vie.
Pourtant, la fin de notre histoire fut tumultueuse (pour rester poli). Faut dire qu'elle avait le don de me sortir de mes gonds. Faud dire aussi que je sortait facilement de mes gonds quand j'était avec elle.

C'est fou comme l'amour peut parfois vous transformer, changer votre personnalité à tel point de s'en surprendre soi même. Moi qui ne me souciait jamais des dires des autres, pas forcément méchantes mais pouvant parfois être blessantes, je réagissait au quart de tour lorsqu'elles sortaient de sa bouche, comme si tous ses propos était vérité absolue alors que c'était rarement le cas. J'aurai peut être dût suivre ma première intuition, la première fois que je l'ai rencontrée. Nous avions pas mal de points communs, mais des personnalités et des envies très différentes.
J'était calme et constant, elle était ardente et changeante. Elle avait de l'expérience dans ses relations amoureuses, j'était pour tout dire un véritable amateur. J'aspirait a une vie pas forcément matérialiste mais malgré tout bourgeoise, elle aspirait à une vie de boême et de liberté.

Bref, je sentait que cela n'allait pas fonctionné entre nous, mais j'ai malgré tout franchi le pas, simplement parce qu'elle ne manquait pas de charme, qu'elle m'offrait un moyen de sortir d'un train-train quotidien, et que j'avais pris mes réticences pour de la peur, tout simplement (l'idée même d'inconnu a un effet dévastateur sur moi).
Ensuite, le charme à laisser place au désir, le désir c'est vite accompagné de sentiments, et avant même de m'en rendre compte, j'était tombé amoureux.

Mais étais-ce vraiment de l'amour au final? A priori, je dirais "Oui", ne serais que par la manière dont je pouvais sourire bêtement sans la moindre raison a chaque fois que j'était avec elle. De constater certains trait physiques pas forcément "glamour" mais que je trouvait inexplicablement charmant. Ou, par la suite, d'avoir envie de la voir malgré la distance qui nous séparait, et d'avoir des crampes a la simple idée que cela pouvait mal se passer. Sans parler de la colère qui m'etreignit pendant mon voyage de retour lorsque nous nous sommes quitter pour la dernière fois.

Mais si c'était vraiment de l'amour, pourquoi n'ai-je pas tout fait pour que cela réussissent? Pourquoi n'ai-je pas quitter mon travail pour la rejoindre et lui déclarer vigoureusement mes sentiments (d'autant que dans mon métier, je n'aurai pas eu trop de mal a retrouver du boulot)? Pourquoi ai-je privilégié la raison plutot que le coeur?
J'avoue que je me pose encore souvent ces questions

Franchement, par moment, j'admire ceux qui ont le coup de foudre dès le premier regard, qui ne se posent pas de questions et qui mordent leur vie à pleine dents sans même penser aux conséquences. Ils n'ont peut être pas une vie plus heureuse, mais ils la vivent intensément.

Moi, au contraire, j'ai une vie simple, tranquile, sans réel souci, avec pour seule fausse note une frustration que j'ai bien du mal a véritablement expliqué. Après tout, même si je n'ai pas une vie de rêve, je suis certain que beaucoup de gens plus mal lotis que moi, aimerait être dans ma situation plutôt que de rester empêtré dans la leur.

Serais-ce mon désir de devenir propriétaire de mon propre appartement, actuellement contrarié par des banques devenues trop frileuses, qui explique mon vague à l'âme?
Est-ce parce que je suis toujours célibataire, alors que vivre avec quelqu'un est certes palpitant mais semble généré plus d'inconvéniants et de souffrances, que de bonheur et d'avantages?
Serait-ce parce que j'en suis à la moitié (en théorie) de ma vie et que je n'ai encore rien fait, ou que je n'ai aucun véritable objectif à réaliser dans ma vie, qui puissent me remplir d'une quelconque fierté?
Ou est-ce tout simplement l'ennui qui m'étreint et le désir de faire plus de choses moins raisonnables ou de prendre plus de risques, alors que ce n'est pas dans mon tempérament, qui finalement me contrarie et m'empêche de vivre simplement ma vie?

...

Franchement, ca me réussit pas d'avoir 40 ans.


.: Copyright © 2004-2010 Tomas-online.net :.